Focus sur quatre modèles engagés au Tour Auto Optic 2000

Tic-tac, Tic-tac, nous patientons et trépignons d’impatience avant la 30ème édition du plus ancien rallye historique encore en activité : le Tour Auto Optic 2000. Plus qu’une centaine de jours avant que les belles anciennes prennent le départ, pour la toute première fois, du Grand Palais éphémère. Vous connaissez déjà le thème de cette année : les Ferrari 250 châssis court et les Jaguar MKII mais, nous avons décidé de vous donner un petit avant-goût des autres pépites qui parcourront les plus belles routes de France.

Compétition

Alfa Romeo Giulietta Spring Veloce Zagato de 1958 (#4458)

Cette voiture est engagée en compétition par Jean-Jacques Gravier et Dany Seignerin. Dans cette catégorie, les pilotes et leurs montures se battent contre le temps. L’objectif est simple : être le plus rapide pour décrocher le titre ! L’Alfa Romeo Giulietta Sprint fut présentée en 1954, au Salon de Turin, elle avait tout d’une voiture de compétition mais il s’agissait pourtant bien d’une routière. Et bien que le constructeur italien se soit retiré de la compétition en 1953, une petite minorité de clients privés continuaient de faire courir leurs automobiles. Le modèle participe alors à de nombreuses courses en Italie dont les Mille Miglia en 1956. Le coupé termina 11ème au général et premier dans sa catégorie. Pendant cette course, Carlo et Dore Leto Di Prielo sortent de route et endommagent la voiture mais au lieu de la faire réparer par le constructeur, ils s’adressent à leur ami Elio Zagato. L’artiste carrossier se met à l’œuvre et fait perdre à la belle italienne 110 kg. La Zagato est plus légère et elle est dotée d’un aérodynamisme plus soigné qui lui permet désormais d’atteindre les 195 km/h. Seuls 18 exemplaires furent produits et parmi eux seulement trois arborent le toit à double bulbe Zagato. La voiture engagée au Tour Auto Optic 2000 par l’équipage Gravier/Seignerin est l’une d’entre elles. Rarissime !

BSH de 1971 (#2137150)

La BSH est une berlinette imaginée par François Benais et Max Saint Hilaire qui combinent leurs initiales pour la nommer. Cette sportive sur châssis tubulaire à poutre centrale est proposée à la vente en kit ou finie. Elle pèse au total 600 kg ce qui la rend très compétitive face aux Alpine du même poids. Présentée en 1970, elle n’aurait été produite qu’à 200 exemplaires. Sa mécanique est empruntée aux Renault 8 Gordini, R12 et R16. Sa tenue de route et son poids plume font de cette voiture une alliée parfaite pour conquérir les courses de côtes et rallyes. Ainsi, en 1971, la BSH #2137150 prend le départ du Tour de France avec à son volant Segolen, un pilote habitué du Mans et du Tour de France. Il n’arrivera malheureusement pas au bout de l’épreuve en raison d’une casse moteur. Aussi, 50 ans plus tard, le pilote et l’auto reviennent à la conquête de l’épreuve, cette fois-ci dans sa déclinaison historique, et comptent bien prendre leur revanche. Cette année, Segolen sera accompagné par Thierry Guitton pour vivre cette belle aventure.

Régularité

Mercedes-Benz 300SL de 1956 (#6500298)

Dans la catégorie régularité, où l’objectif est d’approcher au plus près une moyenne donnée, un nom revient régulièrement sur le haut du podium : Nicoules. En effet, le duo père/fils Jean-François et François Nicoules étaient les tenants du titre en 2020 mais ce n’était pas leur premier puisqu’ils cumulaient déjà à eux deux trois victoires au Tour Auto Optic 2000 (première victoire de Jean-François en 2012 et victoires en 2013 et 2015 ensemble). En 2021, ils quittent leur Ford Mustang et s’élancent avec un bijou de l’histoire automobile : la Mercedes-Benz 300SL.

Austin A90 Atlantic Sport de 1951 (#B5780)

Le Tour Auto Optic 2000 c’est également l’occasion pour les passionné(e)s de découvrir de nouvelles voitures, l’histoire automobile est tellement vaste… et côté découverte, une nouvelle venue peu connue du grand public fait son apparition en régularité : une Austin A90 Atlantic Sport de 1951. Conçue au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale elle apparaît dans sa version coupé deux portes en 1950 et est équipée d’un quatre cylindres de 2.6L. Son côté atypique ne laissera pas indifférent ! Rendez-vous le 30 août 2021 pour la découvrir avec à son volant Philippe Patenotte et Jean-Marc Dhilly.

LISTE DES ENGAGÉS