Retour sur la 52ème édition du Grand Prix de l’Age d’Or sur le circuit de Dijon-Prenois

Bœuf bourguignon, œufs en meurettes, moutarde de Dijon…. Aucun doute, nous sommes bien en Côte d’Or sur le circuit de Dijon Prenois qui fête ses 50 ans cette année, à l’occasion du Grand Prix de l’Âge d’Or. Le court tracé bourguignon de 3 800 mètres s’est présenté comme un challenge redoutable avec, notamment le virage en aveugle de la Bretelle, l’épingle Parabolique en montée ou la très rapide et interminable courbe de Pouas. Malgré des alertes météo peu rassurantes et un ciel menaçant une bonne partie du week-end, les spectateurs (6 200) étaient présents pour admirer les 220 voitures de course et les Formule 1 de la génération Prost-Senna-Schumacher. Propulsées par des moteurs atmosphériques de 3.5 litres, leur sonorité envoutante a raisonné dans l’enceinte du circuit pendant les démonstrations samedi et dimanche. Il est l’heure de dévoiler les classements des neuf courses qui ont ponctué le week-end, finalement sous le soleil et la chaleur de la Bourgogne.

SAMEDI 4 JUIN 2022

Sixties’ Endurance

Comme on pouvait s’y attendre, nous avons été témoin d’une grosse bagarre entre les Cobra et les Cobra Daytona pour l’épreuve des Sixties’ Endurance. On a longtemps cru que la Shelby Cobra 289 de Maxime GUENAT et de Guillaume MAHE (n°51) serait en mesure de l’emporter. Malheureusement un problème de pression d’huile a renvoyé cette voiture dans les stands. Pierre-Alain et Erwin France ont hérité du leadership avec la Shelby Cobra Daytona Coupe (n°70), mais aussi d’une pénalité de 15 secondes pour pit stop non-règlementaire, ce qui a permis à Saif Assam et Sam Hancock et à leur Shelby Cobra 289 (n°370) d’hériter de la première place et de l’emporter avec un avantage de 24 secondes sur la famille France. Suspense également en troisième position avec la pénalité de 15 secondes accordée à la Cobra 289 d’Harvey Stanley et de Jérémy Cottingham (n°355) qui a permis finalement à la Shelby Cobra 289 de Charles de Villaucourt (n°12) de compléter le podium. La meilleure “non Cobra“ termine à la 5ème place du classement général et il s’agir de la Jaguar E-Type 3.8 de Maurizio Bianco (n°27).

Classement Général au podium :

  1. Saif Assam et Sam Hancock (n° 370) / Shelby Cobra 289 / 1964
  2. Pierre-Alain France/Erwin France (n° 70) / Shelby Cobra Daytona Coupe / 1964
  3. Charles de Villaucourt (n°12) Shelby Cobra 289 / 1963
DIMANCHE 5 JUIN 2022

Heritage Touring Cup

Comme prévu, les Ford Capri RS 3100 ont dominé cette épreuve de l’Heritage Touring Cup. La Ford Capri RS 3100 de Maxime Guenat (n°50) a dominé durant toute une première partie de la course. Yves Scemama avec sa Ford Capri RS 3100 Cologne (n°52) a ensuite pris largement les commandes après le pit stop. Il a malheureusement commis une erreur au niveau même du pit stop et a hérité d’une lourde pénalité. Victoire de Maxime Guenat devant la Ford Capri RS 3100 du britannique Marc Farmer (n°32) et celle d’Armand Mille en troisième position (n°37). Très belles prestations des BMW 3.0 CSL avec une quatrième place pour Simon Watts et Jake Hill (n°15). Cinquième place pour une autre BMW 3.0 CSL du belge Erik Mestdagh (n°175).

Classement Général au podium :
  1. Maxime Guenat (n° 50) / Ford Capri RS 3100 / 1975
  2. Mark Farmer (n° 32) / Ford Capri RS 3100 / 1975
  3. Armand Mille (n°37) / Ford Capri RS 3100 Cologne / 1974

Fifties’ Legends

Deuxième épreuve de ce dimanche matin avec les fifties’ Legends. La TVR Grantura MK III d’Eugène Deleplanque (n°7) s’est rapidement retrouvée au sommet du classement. En dépit d’une pénalité, cette TVR l’a emporté car beaucoup de concurrents ont eux aussi écopé de pénalités (pit-stop non conformes, excès de vitesse, non-respect des limites de la piste). C’est la Elva Mk V conduite par le luxembourgeois Louis Zurstrassen (n°39) qui prend la deuxième place en dépit d’une frayeur dans le dernier tour. La dernière marche du podium s’est jouée entre les Austin Mini Cooper S 1275 de David Barrere (n°25) et celle de Jonathan Hartop (n°78). David Barrere a pris le meilleur temps sur Jonathan Hartop pour deux centièmes de seconde.

Classement Général au podium :
  1. Eugène Deleplanque (n°7) / TVR Grantura MK III / 1963
  2. Louis Zurstrassen (n°39) / Elva Mk V / 1959
  3. David Barrere (n°25) / Austin Mini Cooper S 1275 / 1965

Classic Endurance Racing 1

La course Classic Endurance Racing 1 a été marquée par beaucoup d’accidents et d’interventions de la part de la Safety Car. On note finalement une domination de la Lola T70 Mk III B (n°35) conduite par Armand Mille qui l’emporte devant la Lola T2 12 (n°140) de Gonçalo Gomes et James Claridge et la Chevron B19 (n°67) de Robert Shaw. Parmi les pénalités relevées l’on peut citer celle de la Lola T70 Mk III B de Pierre-Alain France qui est rentrée un peu trop tôt (avant l’ouverture de la fenêtre de pit stop) et qui a finalement dû y retourner une deuxième fois. Cette perte de temps s’est traduite par une 5ème place en ce qui le concerne. Une pénalité a également été donnée à la Lola T70 Mk III B de Tony Seiler (n°7) (pour un excès de vitesse dans la Pitlane) qui finit à la 9ème place.

Classement Général au podium :
  1. Armand Mille (n° 35) / Lola T70 Mk III B / 1969
  2. Gonçalo GOMES et James Claridge (n° 140) / Lola T2 12 / 1971
  3. Robert Shaw (n° 67) / Chevron B19 / 1971

Classic Endurance Racing 2

On s’attendait à un beau duel pour cette course du Classic Endurance 2 entre la Lola T286 (n°50) de Maxime Guenat et la TOJ SC304 (n°52) d’Yves Scemama. Le duel a bien eu lieu en piste avec un écart évoluant entre trois dixièmes et une seconde entre ces deux bolides. Après le passage obligatoire par la Pitlane, Maxime Guenat s’est porté devant Yves Scemama qui n’a pas abdiqué. Malheureusement la course de la TOJ de Scemama s’est achevée dans le bac à gravier du double-droite de Villeroy. La voie était libre pour Maxime Guenat qui remporte la course devant la Lola T600 (n°600) de Philippe Scemama. La troisième place revient à la TOJ SC206 (n°131) de Franck Morel qui s’impose elle aussi de son côté dans la catégorie Prototypes de moins de deux litres de cylindrée. La Cheetah G602 de Beat Eggimann (n°1) finit quatrième du classement général et deuxième dans la catégorie Prototypes de moins de 2 litres de cylindrée.

Classement Général au podium :
  1. Maxime Guenat (n°50) Lola T286 / 1976
  2. Philippe Scemama ( n°600) / Lola T600 / 1981
  3. Franck Morel (n°131) TOJ SC206 / 1977

Trophée de l’Âge d’Or

Le Trophée de l’Âge d’Or est réservé à certaines voitures que l’on a vu évoluer en Sixties’ Endurance et en Fifties’s Legends. On a assisté à un bal des Lotus Elan 26R avec celle de Simon Evans (n°75) qui a tout dominé et a remporté la victoire devant les Français Eugène Deleplanque (n°7) et Patrick Soury (n°26). Au pied du podium sont présentes deux Porsche 911 2.0L, celle de Lukas Bucher (n°411) et celle que se partagent les deux britanniques Steven Osborne et Robert Smith (n°182). Signalons la victoire en indice de performance de l’Alfa Romeo Giulia Sprint GTA (n°222) de François Fabri et Alexander Furiani qui a également terminé 6ème du classement général.

Classement Général au podium :
  1. Simon Evans (n° 75) / Lotus Elan 26R / 1965
  2. Eugène Deleplanque (n°7) / Lotus Elan 26R / 1963
  3. Patrick Soury (n°26) / Lotus Elan 26R / 1965

The Greatest’s Trophy

 Course 1

La première épreuve de cette édition 2022 du Grand Prix de l’Âge d’Or est réservée au plateau The Greatest Trophy avec un duel attendu entre la Ferrari 275 GTB/C (n°7) du Belge Vincent Gaye et la Bizzarrini 5300 GT du Français Christian Bouriez (n°46). Le duel a bien eu lieu, après la fenêtre de pit-stops c’est la Bizzarrini qui passe devant la Ferrari. Les deux bolides ont franchi la ligne d’arrivée quasiment côte à côte, mais Christian Bouriez s’impose finalement pour trois dixièmes de seconde. Vincent Gaye finit donc deuxième. Beaucoup plus loin, la Lister Chevrolet d’Yvan Mahe (n°37) finira troisième et devancera l’autre Lister (Jaguar Knobbly) de Charles de Villaucourt (n°22).

Course 2

Nous attendions une revanche entre la Bizzarrini 5300 GT (n°46) de Christian Bouriez et la Ferrari 275 GTB/ C de Vincent Gaye lors de la deuxième manche du Greatest’s Trophy. Cette revanche n’aura finalement pas lieu dans la mesure où, dès le départ, Vincent Gaye s’est aperçu qu’il avait un problème de puissance lié au moteur. Dès lors, Christian Bouriez ne s’est pas fait prier pour prendre la fuite en tête et s’imposer devant Yvan Mahe à bord de sa Lister Chevrolet (n°37) et devant Vincent Gaye à bord de sa Ferrari 275 GTB/C (n°7). Vincent Gaye a tout de même pu préserver la dernière marche du podium

Classement Général au podium :
  1. Christian Bouriez (n° 46) / Bizzarrini 5300 GT / 1965
  2. Yvan Mahe (n° 37) / Lister Chevrolet / 1958
  3. Vincent Gaye (n°7) / Ferrari 275 GTB C / 1966

2.0L CUP

L’ultime épreuve du week-end était la course de la 2.0L CUP où l’on attendait les pilotes britanniques comme le veut une certaine tradition ! Nous n’avons pas été déçus ! Notons le parcours parfait pour la voiture de Seb Perez et George Gamble (n°41) qui l’emporte avec 25 secondes d’avance sur la voiture de Mark Sumpter et d’Andrew Jordan (n°77). L’on souligne la petite faiblesse pour la voiture d’Oliver Brian et Andrew Smith (n°64) que l’on attendait au troisième rang et qui a finalement été devancée par les vainqueurs de la catégorie Gentlemen Elite, à savoir la voiture de Lukas Bucher et de David Verzijlbergen (n°411). La voiture de L’Américain David Danglard (n°15) s’est imposée dans la catégorie Gentlemen. La catégorie Gentlemen fut particulièrement courue avec plus d’une douzaine de voitures au départ.

Classement Général au podium :
  1. Seb Perez et George Gamble (n°41) Porsche 911 2.0L
  2. Mark Sumpter et Andrew Jordan (n°77) Porsche 911 2.0L
  3. Lukas BUCHER et David Verzijlbergen (n°411) / Porsche 911 2.0 L
Panier
Retour haut de page