Les F1 de retour à Dijon-Prenois

Les F1 reviennent sur le Circuit Dijon-Prenois… Et pas n’importe lesquelles s’agissant de celles de la génération Prost-Senna-Schumacher propulsées par des moteurs atmosphériques de 3.5 litres aux sonorités envoutantes. Le rendez-vous est donné au Grand Prix de l’Age d’Or, les 3-4-5 juin 2022.

Williams-Renault contre McLaren-Honda, c’est le duel des saisons 1991 et 1992. Derrière, des « petits » comme Lotus, Footwork ou Tyrrell peuvent encore suivre. (Crédit : Williams F1)

Peter Auto s’apprête à réunir un plateau de F1 pour la première fois de son histoire, sur le Circuit Dijon-Prenois où huit Grands Prix se sont tenus entre 1974 et 1984. Baptisées Formula Legends 3.5, ces démonstrations réuniront les modèles à moteurs 3.5 litres atmosphériques des années 1987-1994.

Cette période marque un âge d’or de la discipline avec l’apogée du duel Prost-Senna et l’émergence de Michael Schumacher qui remporte son premier titre en 1994. Stimulée par la montée en puissance de la micro-informatique, c’est aussi l’époque des dernières grandes innovations technologiques dont le sélecteur de vitesses au volant, la suspension active, l’ABS ou encore l’anti-patinage. L’époque où des artisans rusés comme Ken Tyrrell ou Eddie Jordan parviennent encore à se faire une place aux côtés des quatre grands que sont McLaren, Williams, Ferrari et Benetton. L’époque, enfin, des dernières monoplaces made in France sorties de ateliers d’AGS, Larrousse ou Ligier.

1994 marque l’arrivée de Peugeot comme motoriste avec McLaren (au premier plan) et surtout le premier titre de Michael Schumacher sur Benetton-Ford (juste derrière). (crédit Peugeot Sport)

Cette règlementation relativement libérale des « 3.5 atmosphériques », en vigueur pendant huit saisons (les deux premières en cohabitation avec les 1.5 turbo), permettent de confronter des architectures moteurs différentes avec, d’un côté, les V8 des adeptes du light is right* (Ford, Judd, Yamaha, etc.) ; de l’autre les V12 des partisans de la puissance « quoi qu’il en coûte » (Lamborghini, Ferrari, Porsche, etc.) ; et au milieu les V10 des plus pragmatiques (Renault, Honda, Peugeot, etc.). Sans oublier les illuminés du Flat-12 (Subaru) ou du W12 (Rocchi). En somme, des mécaniques singulières aux sonorités puissantes figurant parmi les plus mélodieuses de l’histoire, capables de dépasser les 14.000 tr/min.

Ces moteurs et ces monoplaces reprendront la piste les 3-4-5 juin 2022 à Dijon-Prenois pour quatre démonstrations de 25 minutes chacune. Pour le reste du week-end, les habituelles séries by Peter Auto se chargeront de remplir le programme – bien dense ! – du Grand Prix de l’Age d’Or.


INSCRIPTION


Panier
Retour haut de page