Une douzième édition des Dix Mille Tours aux saveurs anisées

Starting-block dans les paddocks, c’est sous un soleil radieux et une chaleur de plomb que les pilotes se sont affrontés en piste pour la douzième édition des Dix Mille Tours sur le circuit Paul Ricard. Encore une belle édition pour les 15 000 spectateurs venus admirer les 330 voitures de course rutilantes et rencontrer des pilotes en forme après la coupure estivale. Les clubs eux aussi étaient de la partie avec près de 460 voitures venues pour profiter du tracé du Var, de quoi s’amuser avant d’attaquer la rentrée. Retour une dernière fois sur la piste pour découvrir les faits de course et les classements par plateau.

FIFTIES’ LEGENDS

On attendait un duel entre la TVR Grantura MK3 d’Eugène Deleplanque et la Cooper T39 de Christian et Félix Godard lors de l’épreuve unique de 45 minutes réservée aux Fifties Legends, et c’est effectivement ce que le public a pu apprécier… avant que la TVR ne s’engouffre dans la pitlane une seconde fois, victime de sa mécanique. Rien ni personne ne pouvait dès lors empêcher Christian et Félix Godard d’imposer leur belle petite sportive anglaise datant de 1955, les Français devançant l’Austin Healey 100 S de Sébastien Berchon et la Morgan Plus 4 Super Sports de Stanislas Gurdjian et Gonzague Ruchaud, bien remise de ses soucis mécaniques de début de week-end. La meilleure Austin Mini Cooper S terminait l’épreuve au pied du podium, pilotée par Fabrice Quesnel.

Classement Général au podium :

1) Christian et Félix Godard (#70) / Cooper T39 / 1955
2) Sébastien Berchon (#100) / Austin Healey 100 S / 1954
3) Gonzague Ruchaud et Stanislas Gurdjian (#110) / Morgan Plus 4 Super Sports / 1961

SIXITIES’ ENDURANCE

La lutte a fait rage deux heures durant samedi en fin de journée, et si on attendait une riposte des Jaguar E-Type dans le Var, les bolides britanniques ont d’abord répondu à l’attente… avant de s’écrouler les uns après les autres, souvent victimes de surchauffe. De quoi laisser les Shelby Cobra et Shelby Cobra Daytona Coupé aux avant-postes ! D’emblée marquée par l’accrochage entre Michel Lecourt et Pierre-Alain France, de quoi entraîner l’abandon des deux Daytona Coupé #33 et #70, l’épreuve était dominée dans sa majeure partie par Olivier Galant, également au volant d’une Cobra Daytona Coupé. Le danger allait en fait venir de la Shelby Cobra d’Urs Beck et Patrick Simon, qui fondait sur le bolide de tête en fin d’épreuve… mais qui héritait d’une pénalité pour ne pas avoir respecté son temps d’arrêt dans la pitlane ! Exténué au moment de croiser le drapeau à damier, Olivier Galant pouvait laisser éclater sa joie, s’imposant au classement général devant Beck-Simon, mais aussi la Shelby Cobra de Sébastien Demole et Antoine Weil ! Moins de réussite pour Damien Kohler et Richard Depagneux, en route vers la 3ème place avant une malheureuse figure dans le dernier tour, et des ennuis de démarreur laissant cette autre Shelby sur le carreau. Après l’abandon du Britannique Simon Evans, Eugène Deleplanque imposait sa Lotus Elan 26R dans le classement – 2,5 litres, imité par le Belge Serge Libens, sur Austin Healey 3000 MKII en GT Pré-‘63.

Classement Général au podium :

1) Olivier Galant (#1) / Shelby Cobra Daytona Coupé / 1964
2) Urs Beck et Patrick Simon (#369)  / Shelby Cobra 289 / 1965
3) Sébastien Demole et Antoine Weil (#88) / Shelby Cobra 289 / 1964

CLASSIC ENDURANCE RACING 2

Le duel entre les deux protos Toj n’a pas eu lieu dimanche matin sur le Circuit Paul Ricard lors de l’épreuve CER2. Alors qu’Yves Scemama se maintenait dans le sillage direct de Dominique Guenat en début de course, la #52 finissait par s’immobiliser, en proie à des soucis techniques Dominique Guenat n’avait plus qu’à gérer une avance supérieure à la minute sur les prototypes de moins de deux litres, catégorie remportée par une autre Toj, celle de Franck Morel, qui conservait le meilleur sur la Chevron B26 du Britannique Nigel Greensall. Celui-ci avait perdu trop de temps lors du pit-stop obligatoire. En GT2, domination de la BMW M1 Procar de Sebastian Glaser, flanquée en début de course de l’impressionnante De Tomaso Pantera Gr.5 de Ralf Kelleners, avant que la belle italienne ne rencontre des soucis techniques. La Ferrari 512 BB LM de ‘John of B’ et Soheil Ayari et la Porsche 935 K3 de Jean-Marc Merlin et Yvan Mahé complétaient le podium de la catégorie.

Classement Général au podium :

1) Dominique Guenat (#49) / TOJ SC303 / 1978
2) Franck Morel (#131) / TOJSC206 / 1977
3) Nigel Greensall (#21) / Chevron B26 / 1974

THE GREATEST’S TROPHY

Course 1 :

Les deux épreuves du Greatest’s Trophy étaient promises aux Lister sur le Circuit Paul Ricard, et les bolides britanniques n’ont pas déçu ! Le Suisse Alain Rüede, dont la belle anglaise est propulsée par un bloc Chevrolet, a allègrement dominé les débats lors de la Course 1, tandis que dans son sillage, le Canadien Saif Assam prenait d’extrême justesse le meilleur sur le Belge Anthony Schrauwen dans la lutte opposant les motorisations Jaguar. Peter Vögele échouait au pied du podium avec la Porsche 904 GTS, précédant la Lister Jaguar Knobbly de Sébastien Berchon.

Course 2 :

Alors qu’il était reparti pour rééditer sa victoire de la veille, Alain Rüede était victime d’un souci de commande de boîte lors de la Course 2. Reparti en tête du classement après le passage obligatoire par la pitlane, Anthony Schrauwen voyait rapidement Saif Assam revenir dans son sillage et passer. C’est donc l’hymne national canadien qui a résonné au cœur du Var ! Troisième au passage de la ligne d’arrivée, Sébastien Berchon héritait d’une lourde pénalité pour non-respect du temps d’arrêt du stand, ce qui offrait la plus petite marche du podium à Yves Vögele et sa très belle Porsche 904/6 Carrera GTS, tandis que le Belge Christian Dumolin remportait la bataille opposant les Ferrari 250 GT, achevant la course dans le top 5…  

Classement Général au podium :

1) Saif Assam (#17) / Lister Jaguar Knobbly / 1958
2) Anthony Schrauwen (#14) / Lister Jaguar Knobbly / 1958
3) Yves Vögele (#58) / Porsche 904/6 Carrera GTS / 1964

ENDURANCE RACING LEGENDS

Course 1 :

La première joute de l’Endurance Racing Legends a proposé une lutte spectaculaire à souhait entre les Audi R8 LMP, Riley & Scott MK III C, Courage C60 et autres Ferrari 333 SP pour la gagne au général ! Et alors qu’Emmanuel Brigand semblait tenir le bon bout sur la Riley & Scott, il partait en tête-à-queue, ce qui permettait au Néerlandais David Hart de propulser la Courage #34 aux avant-postes et remporter la victoire devant l’Audi R8 LMP d’Erik Maris et la Riley & Scott d’Emmanuel Brigand ! Moins de réussite pour la Ferrari 333 SP de Michel Lecourt et Raymond Narac, contrainte de renoncer en raison des ennuis de boîte. Totale domination de l’impressionnante Panoz Esperante GTR1 d’Olivier Galant dans la catégorie Grand Tourisme, qui prenait le meilleur sur les deux Aston Martin DBR9 de Richard Meins et Franz Wunderlich.

Course 2 :

On a pris les mêmes et recommencé le dimanche, avec un départ tonitruant de la Courage C60 de David Hart, ce qui n’empêchait pas Erik Maris de se maintenir aux commandes avec l’Audi R8 LMP. Si les Riley & Scott d’Emmanuel Brigand et Xavier Micheron jouaient un rôle en vue en début d’épreuve, elles devaient baisser pavillon, laissant filer l’Audi vers la victoire. Et Erik Maris de faire honneur au pédigree du proto aux anneaux, lauréat du Mans et de l’American Le Mans Series en 2002. Alors qu’il se voyait médaillé d’argent, David Hart se laissait surprendre en vue de l’arrivée par un Raymond Narac survolté au volant de la Ferrari 333 SP ! Quant à Olivier Galant, il remportait une nouvelle victoire confortable en catégorie Grand Tourisme aux commandes de la spectaculaire Panoz Esperante GTR1, devant les deux Aston Martin DBR9 de Richard Meins et Franz Wunderlich. A noter la victoire de classe (GT2C) d’un certain Gabriele Tarquini, multiple champion du monde de voitures de tourisme, actuel Team Principal de Hyundai en FIA WTCR. Il pilotait une Aston Martin V8 Vantage GT2. Prestation remarquée de la Venturi 400 Trophy que se partageaient Jean-Pierre Jarier, alias ‘Godasse de plomb’, et Stéphane Ortelli durant ce week-end sous le soleil.  

Classement Général au podium :

1) Erik Maris (#3) / Audi R8 LMP / 2002
2) Michel Lecourt et Raymond Narac (#33) / Ferrari 333 SP / 1999
3) David Hart (#34) / Courge C60 / 2002

2.0 L CUP

Si la 2.0 L. Cup se caractérise par un format semi-endurance de 90 minutes, qu’on ne s’y trompe pas, les Porsche 911 2 litres présentes au départ s’affrontent dans un mode sprint qui rend la situation indécise jusqu’au bout. D’autant que le temps d’arrêt des équipages ‘Elite’ est plus long que celui des ‘Gentlemen’. Si les Britanniques Seb Perez et Nigel Greensall étaient rapidement contraints à l’abandon sur la #41, victime d’une casse moteur, la #62 d’Andrew Smith et Olly Bryant, ainsi que la #77 de Mark Sumpter et Andrew Jordan ont d’abord dû se débarrasser des meilleurs Gentlemen, à commencer par l’Espagnol Christian Coll (#74), avant d’entamer le sprint final. Et Andrew Jordan parvenait à prendre le meilleur sur Olly Bryant, les deux bolides croisant le drapeau à damier séparés par deux petits dixièmes de seconde ! Chaud devant… Christian Coll s’imposait chez les Gentlemen, devançant les Britanniques Bonamy Grimes (#116) et Matthew Holme (#9).

Classement Général au podium :

1) Mark Sumpter et Andrew Jordan (#77) / Porsche 911 2.0 L
2) Andrew Smith et Oliver Bryant (#64) / Porsche 911 2.0 L
3) Christian Coll (#74) / Porsche 911 2.0 L

GROUP C RACING

Course 1 :

C’est à une Course 1 tout simplement explosive que l’on a assisté samedi après-midi sur le Circuit Paul Ricard. Avec en vedette la Jaguar XJR-12 d’Olivier Galant et les deux Porsche 962 C de Michel Lecourt et Raymond Narac d’une part, Yvan Vercoutere et Ralf Kelleners de l’autre. A l’issue du passage obligatoire par la pitlane, Olivier Galant menait la danse, mais il voyait fondre assez rapidement Lecourt puis Kelleners. Le duel entre les Porsche se concrétisaient, Ralf Kelleners reprenant seconde après seconde à Raymond Narac, pour trouver l’ouverture… à deux virages de l’arrivée ! Le tout avec fair-play et félicitations d’usage sur le podium entre les équipages concernés. Lauréat de la Classe C3, Erik Maris positionnait sa Peugeot 905 Evo1 bis au 4ème rang final, tandis que Philippe Colançon imposait sa Tiga GC289 en C2.

Course 2 :

Si Olivier Galant, s’élançait depuis la pole position, Michel Lecourt faisait la course en tête au volant de la Porsche 962 C jusqu’à son arrêt au stand. Une fois toutes les voitures repassées par la case pitlane, Galant confirmait son leadership… avant de réintégrer son box, boîte de vitesses hors d’usage. Le duel entre Raymond Narac et Ralf Kelleners pouvait reprendre, et cette fois, le Français conservait une petite marge de bon sur l’Allemand, qui échouait à 6 petites secondes ! Une victoire partout au bout des deux courses, et un sacré spectacle tout au long du week-end. Très beau podium général pour Franck Morel au volant de sa Spice SE90C, tandis que Philippe Colançon imposait une nouvelle fois sa Tiga en classe C2a, imité par Hans-Jörg Hübner et sa Porsche 962 C en Classe C3a. 

Classement Général au podium :

1) Michel Lecourt et Raymond Narac (#82) / Porsche 962 C / 1990
2) Ivan Vercoutere et Ralf Kelleners (#21) / Porsche 962 C / 1990
3) Franck Morel (#8) / Spice SE90C / 1990

CLASSIC ENDURANCE RACING 1

Si Nigel Greensall (Chevron B19) s’élançait depuis la pole position lors de l’épreuve CER1, le Britannique était d’emblée avalé par les Lola T70 les plus rapides, mais aussi par la superbe Porsche 908/03 de Marc de Siebenthal. Assez rapidement, Armand Mille installait la T70 #35 aux avant-postes, position qu’il n’allait plus jamais quitter par la suite, ce qui lui valait une victoire autoritaire ! Dans son dos, c’était nettement plus indécis, et le duo allemand composé de Frank Jacob et Arnd Meier réalisait des prouesses avec sa Lola T210, au point de prendre la 2ème place finale devant la Lola T70 de Philippe Giauque, omniprésent dans le peloton de tête. Après avoir plongé au classement, Greensall effectuait une brillante remontée pour échouer au 4ème rang final, soit la 2ème place en Proto moins de 2 litres, derrière la Lola de Jacob et Meier. Toni Seiler (Lola T70) complétait le top 3 en Proto plus de 2 litres, imité par Serge Kriknoff (Lola T212) en moins de 2 litres. Bal des Porsche 911 Carrera RSR en GT, avec la victoire de Jurg Aeberhard et Rémy Terrail devant Didier Denat d’une part, Luca Littardi et Claudio Roddaro de l’autre.

Classement Général au podium :

1) Armand Mille (#35) / Lola T70 Mk III B / 1969μ
2) Franck Jacob et Arnd Meier (#2) / Lola T210 / 1970
3) Philippe Giauque (#110) / Lola T70 Mk III / 1967

HERITAGE TOURING CUP

Lors des qualifications, Franz Wunderlich et Michael Kammerman ont bataillé, imposant en pole position leur BMW 3.0 CSL #138. Une bavaroise qui ne faisait pourtant que passer en course, rejoignant trop rapidement le paddock. La voie était libre pour les Ford Capri RS3100, avec un Armand Mille une fois encore dominateur, avant de céder le relais au Belge Emile Breittmayer. Moins de réussite pour Yves Scemama, contraint à l’abandon suite à un bris de pont. Les deux Capri RS3100 #123 et #37 s’en donnaient à cœur joie, jusqu’au moment où Breittmayer se retrouvait à deux reprises avec l’accélérateur resté bloqué à fond, laissant filer Mille vers la victoire finale. Le jeune Français a ainsi remporté les deux dernières courses du meeting, qui plus est de manière impressionnante. Breittmayer parvenait à sauver la 2ème place, se maintenant devant la BMW 3.0 CSL de Dominique Guenat. En Groupe A, Johannes Schouten imposait sans l’ombre d’un souci sa BMW 635 CSi, imité par Serge Libens en TC1, cette fois aux commandes d’une Ford Mustang 289.

Classement Général au podium :

1) Armand Mille (#37) / Ford Capri RS 3100 Cologne / 1974
2) Emile Breittmayer (#123) / Ford Capri RS 3100 Cologne / 1975
3) Dominique Guenat (#49) / BMW 3.0 CSL / 1975

Panier
Retour haut de page