Concours d’État Les Plus Belles Voitures du Monde : Mode d’emploi

Pour sa sixième édition, Chantilly Arts & Elegance Richard Mille propose toujours 3 concours : le Concours d’Etat Les Plus Belles Voitures Du Monde, le Concours d’Elégance, et le Grand Prix des Clubs.  Le Concours d’Etat demeure très certainement le plus exigeant à apprécier pour le public, du fait de son fonctionnement et de ses subtilités. Afin de permettre à chacun de contempler dans les meilleures conditions ce spectacle “hors du temps“, une remise à niveau peut être nécessaire. Très bonne lecture !

Crédit photo : Götz Göppert
Crédit photo : Götz Göppert

LES DIFFÉRENTES CLASSES ET LES CRITÈRES DU CONCOURS

Les voitures du Concours d’état Les Plus Belles Voitures du Monde sont sélectionnées selon des critères bien précis par un Comité de Sélection. Ce Comité peut également choisir des voitures en fonction de leur rareté et de leur sophistication.

Une fois sélectionnées les autos doivent être jugées de manière équitable par un jury. En tout, Peter Auto a imaginé 17 classes aussi éclectiques qu’emblématiques afin de garantir une homogénéité au sein de chacune d’entre-elles.

Les critères appliqués par les juges lors de leurs notations sont ceux-ci : la traçabilité, l’historique, le design, l’élégance de la voiture, son état intérieur/extérieur et son état de fonctionnement.

L’objectif principal du concours est d’encourager la préservation des automobiles dans leur état d’origine, c’est la raison pour laquelle un jury s’intéressera avant tout à leur authenticité et à leur bon fonctionnement.

À titre d’exemple, il n’est pas indispensable que les pièces pouvant faire l’objet de remplacements fréquents, dans le cadre d’une utilisation courante, soient de la marque et du type d’origine, à condition que les éléments nouveaux correspondent à l’aspect général, aux caractéristiques et aux dimensions de l’original.

 Ci-dessous sont présentés plus en détail les 5 critères d’évaluation retenus par les juges :

1. La traçabilité et la configuration d’origine

Elle doit se juger sur l’ensemble des documents fournis depuis l’origine de la voiture. La voiture devra être idéalement équipée de ses éléments d’origine (châssis, carrosserie, moteur, boîte, etc.) ou d’éléments correspondants à ceux montés à l’origine et pouvant avoir été refaits à l’identique, conservés dans leur état d’origine ou restaurés. Les évolutions naturelles de la voiture à l’époque, y compris en compétition sont considérées comme respectant l’esprit d’origine.

Crédit photo : Götz Göppert

2. L’historique

L’historique de la voiture comprend la rareté du modèle, le nombre d’exemplaires fabriqués durant la période donnée, son palmarès en compétition automobile à l’époque, son pedigree (qualité des propriétaires, participations à des manifestations durant les périodes en question) et pour finir, l’intérêt du modèle (ses innovations techniques et matériaux utilisés, son impact historique au moment de sa sortie).

3. Design et élégance du dessin

Le jury évaluera le caractère novateur de la voiture à l’époque et sa tenue dans le temps au-delà des modes. Ce critère, plus que tout autre, fera appel à la sensibilité personnelle de chaque juge. D’un coupé chauffeur des années 30 aux lignes extravagantes des grands carrossiers français des années 20, en passant par les lignes dictées par la recherche de performance des GT des années 60, certaines courbes sont aussi harmonieuses que spectaculaires.

4. L’État extérieur et intérieur

Il s’agit soit de l’état de préservation, soit de la restauration de la voiture. L’examen portera sur l’état de la carrosserie et de ses ajustements, de la peinture, des chromes, des roues, du châssis et des accessoires tels qu’une capote, d’un tendelet ou d’un hard top. Le compartiment moteur devra également être présenté aux juges. L’habitacle sera ausculté avec un soin tout particulier :  sellerie, garnitures de porte, tableau et planche de bord, boiseries, colonne de direction et pédalier, et enfin pare-brise, glaces latérales et joints d’étanchéité. En fonction du thème de la classe (voitures de record, voitures de course) un modèle trop restauré ou trop clinquant pourra être pénalisé. Les voitures décapotables sont jugées capotées, hard top et tendelet installés (couvre-tonneau possible pour les Roadsters). Les juges peuvent néanmoins demander à voir la voiture décapotée.

5. L’État de fonctionnement

Le contrôle de l’état du moteur et de ses éléments périphériques se poursuivra par la mise en route du moteur. Le fonctionnement des instruments au tableau de bord et extérieurs sera lui aussi effectué (phares, clignotants, feux de stop). Les équipements de carrosserie, comme la capote devront également pouvoir être manipulés par leur propriétaire ou leur représentant devant les membres du jury. Si un moteur refuse de démarrer, le responsable de Jury décide de l’arrêt momentané de l’examen pour le reprendre après l’examen de la voiture suivante (Sauf pour les Voitures à Vapeur). Un refus total de démarrer entraîne un arrêt complet de l’examen.

L’INSPECTION DU JURY 

Un minimum de trois juges sera affecté à chaque classe composant ainsi le jury de la classe en question.

Les voitures non présentées au Jury par leur propriétaire ou son représentant ne pourront être récompensées.

Chaque automobile sera donc examinée par le jury chargé d’évaluer son état et son authenticité. Il est important de signifier que toutes les voitures d’une même classe seront jugées par le même jury et de la même façon. De leur côté, les membres du jury n’auront à faire qu’à un seul et même interlocuteur par voiture.

Les résultats de chaque classe seront présentés au Comité de Sélection et ce, par un seul des juges de la classe. En cas d’ex aequo, un point supplémentaire sera attribué à la voiture détentrice d’une carte FIVA (Fédération Internationale des Véhicules Anciens) et /ou à la plus ancienne.

Chaque voiture est jugée pour elle-même quels que soient le renom du constructeur, son propriétaire, les voitures qui l’entourent et les prix déjà remportés.

LES CLASSES ET TROPHÉES 

Chaque classe recevra un prix. Ce prix récompensera la voiture par classe qui aura obtenu le plus grand nombre de points.

En plus des récompenses de chaque classe seront décernés :

  • Un prix FIVA
  • Un prix FFVE pour les Préservations
  • Des prix spéciaux (Le jury de la classe pourra par exception proposer des prix spéciaux dans un maximum de 3 par classe)
  • Deux Prix Best of Show (Avant-guerre et Après-guerre)

Les Best of Show seront obligatoirement choisis parmi les voitures gagnantes d’une classe ou le Prix de la préservation FIVA. Pour l’attribution des Best of Show un représentant du Jury de chaque classe sera présent ainsi que le Comité de Sélection. Dans ce dernier cas, les juges devront justifier leur proposition à l’ensemble du Comité de Sélection qui décidera.

Pourquoi remettre deux Prix Best of Show ? Au fur et à mesure des différentes éditions, le Comité de sélection a constaté l’extrême difficulté à comparer, à titre d’exemple, une Bugatti Atlantic avec une Ferrari GTO. Il a donc été décidé qu’un Best of Show serait attribué pour la période “Avant-guerre“ et un autre en “Après-guerre“.

Les voitures récompensées dans chaque classe seront présentées au public le dimanche 25 septembre à partir de 11h.

Le concours d’état Les Plus Belles Voitures du Monde et le Grand Prix des Clubs sont placés sous l’égide de la FFVE et de la FIVA. De ce fait, ils sont inscrits au Calendrier 2022 de la Fédération Française des Véhicules d’Epoque & de la Fédération Internationale des Véhicules Anciens.

Panier
Retour haut de page